AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 || Isha Navajo ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
ANDROID

MESSAGES : 70
MÉTIER : Ex-condamné, propriétaire d'un petit bazar.
PUCE : Wikipédia
FICHE : ici

Dans || Isha Navajo ||
Le Lun 6 Mai - 11:44

isha navajo



NOM DE FAMILLE : Navajo
PRÉNOM : Isha
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Le 16 juin 1985 à Sioux Falls dans le Dakota du Sud.
NATIONALITÉ : Americaine sur le papier, amérindienne de fait.
OCCUPATION/MÉTIER : Ancien condamné, propriétaire d'un petit bazar sur l'île.




SITUATION AVANT L'ARRIVÉE SUR LA PÉNINSULE :
C'est un nouveau départ.
Pas celui qu'il avait espéré, c'est vrai. Mais un départ tout de même. En tout cas, ça valait mieux que se retrouver avec une aiguille d'injection létale dans le bras. Bien sur qu'il aurait préféré retrouver sa vie paisible d'avant. Sa petite ville perdue au fin fond du Dakota, avec son lot de vieux bars et d'habitants racistes et fermés au monde. Pouvoir faire comme si rien n'était arrivé. Mais il fallait être réaliste, ce qui n'était pas un problème pour lui, l'éternel pragmatique, et se résoudre à tout laisser tomber. Même s'il avait eu la possibilité de rentrer chez lui, on l'aurait regardé de travers. On l'aurait haï et boycotté. Si, avant on le tolérait, maintenant on lui cracherai à la figure sans lui laisser le temps de se justifier. Non pas qu'il ai grand chose à justifier d'ailleurs. Même à son procès, il n'avait rien dit. Rien nié. Il s'était contenté de s'excuser une unique fois. Des excuses parfaitement sincères, mais que les parents de la gosse n'ont interprétés que comme creuses et hypocrites, la faute à sa voix trop grave et son ton trop calme. Même l'avocat n'a fait aucun effort. Ce salaud est plus à sa place en tôle, murmurait-on. Il ne mérite que de crever, et encore, ce serait trop doux pour lui. Pourtant, la culpabilité le bouffait de l'intérieur.

Les journaux du coin se sont vite emparés de l'affaire. Pas de quoi alerter tout le pays, mais pour les états voisins, ça faisait un bon gros titre à suivre aux infos le soir. Durant les deux jours du procès, on s'est demandé ce qu'allait être la sentence. Oh, on savait très bien que le gars, cet atroce criminel d'origine cherokee, ou sioux, ou cheyenne, ou peu importe allait être jugé coupable. Après tout, les preuves étaient là, et le bonhomme ne niait même pas. Mais ce que l'on ne savait pas, c'était s'il finirait dans le couloir de la mort ou pas. Les rares associations anti-peine de mort ont élevé un peu la voix, mais dans la majorité, ce qu'on entendait un peu partout, c'était que ce connard méritait d'y rester. Parce que le meurtre d'une gamine aussi pétillante et pleine de vie que Sarah ne devait pas rester impuni. Les choux gras ont su avec brio toucher le cœur de la populace via des articles larmoyants. Elle était une belle et innocente princesse, et lui était le monstre assoiffé de sang. Que d'imagination.

Elle avait à peine 17 ans, il en avait dix de plus. Elle avait de longs cheveux couleur flamme, des yeux verts et une jolie peau blanche qui n'aimait pas le soleil sous lequel il vivait. A l'époque, il résidait dans un petit cabanon à l'orée de la ville. Les gens le trouvait un peu rustre, un peu étrange et pas suffisamment sociable, mais il n'avait jamais rien fait de mal, et son herboriste de mère, qui l'avait élevé seule, était appréciée des habitants de son vivant. Aussi on voyait d'un mauvais œil l'amourette que Sarah avait pour ce type trop âgé et trop curieux pour elle, mais on laissait faire. Car l'intéressé semblait ne pas profiter de la situation, quant à la gamine, elle se trouverait bien vite un jules de son âge avant d'oublier ce barbare d'Isha. Cet Isha qui ne faisait rien d'autre qu'apprécier simplement la présence de la jeune fille à ses cotés, rendant ses journées moins mornes, moins solitaires. Au début, il ne voyait qu'une gosse gênante se promenant dans ses pattes, une môme qui se faisait des films et qui s'accrochait pour rien. Au final, elle était peut-être la seule à qui il laissait entrevoir un sourire.

Quand l'accident était arrivé, même lui s'était retrouvé sans voix, incapable de réagir. Un instant elle était là, à ses cotés, aussi vivante et joviale qu'à son habitude. La seconde d'après, elle gisait cinquante mètres plus bas, la nuque brisée par les rochers. Il l'avait quitté des yeux un bref moment. Elle lui avait prit la main par surprise, et alors qu'il la repoussait gentiment, elle avait glissé. Simplement.

C'est bête. Idiot. Stupide. Ça tient à rien du tout. Les détails ? On s'en fout voyons, des détails. Pour le reste du monde, il l'avait lui-même poussé dans le ravin. Le motif ? On s'en fout aussi, du motif. Tant que l'on peut faire pleurer dans les chaumières avec nos articles. Tant que la justice est rendue. America, sweet America. L'égalité dans le froc et les yeux aveuglés par les pots-de-vin.
Une Amérique qui, après sept longues années d'enfermement, à une semaine de la chaise, lui a laissé le choix. La puce ou la mort.

Isha, mon pauvre, t'es bien loin de chez toi.



DESCRIPTION DU PERSONNAGE : Il fait un peu peur, cet homme. Trop grand. Trop buriné. Trop intimidant. Trop tout. Les sourcils sont froncés, en permanence, et les yeux bleus sont trop perçants, trop sombres. On ne s'approche pas de lui, pas beaucoup. Les gens parlent, les rumeurs courent, on les écoutent, on les croient, on les confirme sans savoir, c'est l'ignorance du peuple et la bêtise de l'humain. On dit que c'est un tueur d'enfants, un cannibale, un bûcheron psychopate, un empoisonneur, un terroriste ou un dangereux fou furieux. On le dit capable de vous arracher la tête d'une torsion du poignet et de vous arracher les poumons sans montrer la moindre once de culpabilité, de dégoût ou de sentiment. Quand on le reconnait dans la rue, au loin, arrivant avec sa carcasse imposante, ses cheveux longs rarement bien lavés et ses rangers hautes, on change de trottoir, ou on fait semblant de ne rien voir. Après tout, croiser son regard, c'est risquer de finir avec les globes oculaires au bout d'une pique rouillée. Stupidité collective d'une société trop acculée par le sentiment trop exacerbé de sécurité.

C'est vrai. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix et de ses quatre-vingt-cinq kilos de muscles, on dirait que cet homme s'est trompé de siècle. Qu'il aurait plus sa place sur un champ de bataille colonial ou dans une arène romaine pour les jeux du cirque. Tout petit déjà, Isha était plus grand et dégingandé que les autres gosses de son âge. C'est également vrai qu'il a une tronche à faire peur, que son expression habituelle s'approche, les neuf dixième du temps, à une menace muette. Un regard typiquement "'tu m'touche j'te bouffe" et une nette tendance à préférer sa viande bien saignante à un thé et des petits gâteaux sec. Bonne idée est d'avouer que l'esprit bisounours, c'est pas son truc, certes. De son monde, exit le rose, les chamallows et les arcs-en-ciel (l'inverse aurait été terrifiant). L'homme à la peau naturellement basanée, tannée par un lourd soleil, cauchemarde plus qu'il ne rêve. Mais au fond il n'est pas mauvais. Quand l'on entend qu'il est un ancien prisonnier, on lui prête un passé de barbare et un caractère ignoble. Quand l'on ne sait rien, on le pense juste bourru et sauvage. Et quand on va le voir, là, derrière son petit bazar un peu pourri à l'extérieur de la ville, on le trouve assit sur une chaise grinçante, fumant son calumet sans âge et buvant une vieille bière éventée, et on se demande s'il est si mauvais que ça. Si on tente d'avoir son attention, ce n'est qu'un vague coup d'œil que l'on reçoit, avant qu'il ne retourne à son occupation. Rien de bien jouasse d'ailleurs. Il fabrique des attrapeurs de rêves et des pipes en bois pour les revendre dans l'antédiluvien bordel qui lui sert de boutique, le genre de truc que personne n'achète jamais, même si après tout, ce n'est pas grave. Quand il est comme ça, concentré dans son travail manuel, avec ses dreads, son pantalon tout usé et son long manteau en cuir, il fait moins peur. Isha, au fond, c'est l'archétype de l'homme qui a toujours vécu seul et qui ne sais pas franchement quoi faire de ce machin que l'on appelle "relations sociales". C'est ce type calme, cette force tranquille qui n'aime pas beaucoup la technologie et qui préfère pêcher ou chasser plutôt que faire sagement ses courses comme tout le monde. Et c'est un gars qui donne l'impression d'avoir un tas de trucs à raconter, le style où l'on s'assoit dehors au coin du feu et que l'on écoute avec des étoiles dans les yeux.

Au final, c'est bête comme choux, mais les apparences sont aussi trompeuses que l'onde d'un lac. Non, ce n'est pas un proverbe indien.




VOTRE PUCE : Wikipedia
DESCRIPTION : Projet d’encyclopédie collective établie sur Internet, universelle, multilingue et fonctionnant sur le principe du wiki. Wikipédia a pour objectif d’offrir un contenu librement réutilisable, objectif et vérifiable, que chacun peut modifier et améliorer.

CAPACITÉS INCLUES : Avoir accès au savoir. Un savoir sans limite, en expansion permanente. Cette puce permet de stocker un nombre incroyable de connaissances, de les sélectionner en un temps record et de les actualiser quand le besoin se fait sentir. Souvent, ces dernières sont générales (wikipédia classique), mais le système de wikia permet la spécialisation de certains sujets. C'est principalement en échangeant avec d'autres personnes que la puce se remplit de connaissances de façon exponentielle.
MAÎTRISE : Minimale. Isha a pour le moment du mal à cibler ses recherches sans se perdre dans le fatras de pages déjà stockées dans la puce. Il réussit rarement à reconnaître quand une information est faussée et est encore dans l'incapacité de rapidement actualiser celles qui sont déjà présentes. De plus, il lui arrive de créer de nouvelles pages alors qu'il n'a aucune information pour les remplir, les laissant ainsi vides et inutiles pour le moment.

VOTRE AVIS ? Pas grand chose. Isha n'a eu d'autre choix que d'accepter la pose de cette puce pour échapper à sa condamnation, et ce sans trop savoir dans quoi il s'embarquait. Bien que surement très utile dans l'avenir, cette chose ne lui apparaît pour le moment que comme un fardeau. Sans compter qu'elle le rattache de force à l'entreprise dont il dépend à présent, et qu'il ne voit donc ainsi qu'une entrave à sa liberté et pas de grande différence avec la prison.




PSEUDO : Gallahad.
ÂGE : 21.
SEXE : Non.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CA.BE ? Sur internet, en mangeant un steak de licorne.
QUELQUE CHOSE À RAJOUTER ? Forum trop sombre mais osef, le contexte et le ton décalé employé un peu partout rattrapent tout. Bravo pour l'idée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN | PNJ

MESSAGES : 152
MÉTIER : Chercheur en microtechnologie
PUCE : Google Chrome

Dans Re: || Isha Navajo ||
Le Lun 6 Mai - 20:39

Que dire, que dire. Isha est un merveilleux personnage ! Il a tout du roc, que ce soit la corpulence, la tendresse ou la volubilité, et pourtant il est terriblement attachant. Tu es validé, cours donc monter ton tipi et faire des danses de la pluie, doux petit indien ! (qui a dit cliché)
JE LÈVE MON POUCE !

Et oui, il semblerait que j'aie une fois de plus enfanté un thème dont le contraste rend bien sur mon ordinateur mais pas partout. J'essaierai d'en faire un plus flexible voire de l'éclaircir un peu pour la deuxième version, merci d'avoir quand même investi dans notre entreprise, cher actionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

|| Isha Navajo ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Casus Belli :: L'App Store :: Le Store :: Application installée avec succès+